Qu’est ce que le Taslu ?

Intro

Il y a toujours eu des livres à la zad, dans les cabanes, les fermes, les maisons, dans un bus et même sur les barricades. Ils sont une part essentielle de toute lutte comme de tout territoire habité, dont ils concourent à étendre et enrichir les imaginaires et l’intelligence. Emplis de cette certitude, nous sommes une dizaine de personnes habitant aux quatre coins de la zone à nous être retrouvées début août 2016 avec la velléité de construire une bibliothèque. Nous l’avons baptisée le Taslu.

Le Taslu s’est d’abord installé dans une charmante cabane la Transfu, construite avec mille palettes par le comité Île de France, au fond du jardin de la Rolandière. Assez vite elle a voulu s’agrandir, elle a voulu prendre de la hauteur ! Quelques mois plus tard donc, au printemps 2017, elle a déménagé, grâce à l’aide de centaines de mains formant une chaîne humaine, en haut de l’étable de la Rolandière. Elle s’est ainsi rapproché d’un grand œuvre collectif, le phare, et du point d’accueil et d’information. Le 1er avril 2017, la bibliothèque-phare, a été inaugurée, et sert depuis comme espace où l’on peut se faire bercer, regarder l’horizon, ou se plonger dans les imaginaires suscités par près de 5000 ouvrages.

Évolution du fonds

Un premier fonds a été apporté par des membres de la bibliothèque dès son ouverture. Il a rapidement été étoffé par des milliers d’autres livres. Très vite, des dons nous sont parvenus, de voisins, d’amis et de camarades de lutte, de maison d’édition, de bouquinistes… Et tout particulièrement par des milliers de personnes venues lors d’un rassemblement le 8 octobre 2016, à l’occasion duquel nous avions incité les gens à venir avec ‘un bâton dans une main’ pour montrer leur détermination à défendre la zad, et ‘un livre dans l’autre’, dédicacé par les donateurs généreux, pour contribuer à la construction du Taslu.

Cette dynamique ne s’est pas arrêtée depuis, nous continuons à recevoir des centaines de livres et nous remercions vivement toutes celles et ceux qui permettent ainsi au Taslu d’être à l’image des luttes que nous menons ici ou ailleurs, de toutes leurs richesses, leurs variations et intelligences.

Rayonnages

Si vous montez les escaliers en chêne de l’espace accueil, et entrez dans la bibliothèque, vous tombez nez à nez avec le Monde paysan, vos yeux glissent sur des Territoires en bataille (la ZAD et les luttes passées en Loire-Atlantique et en Bretagne, le Pays Basque, la Palestine, le Chiapas, et bien d’autres), ils rencontrent des Fragments du passé, tels la Commune de 1871, Mai 68 ou la Révolution Espagnole, mais aussi quantité de livres sur l’histoire du mouvement ouvrier, les questions coloniales ou les mouvement altermondialistes.

En face des Fragments du passé vous trouvez le rayonnage Penser le présent : des ouvrages liés aux thématiques actuelles, d’essais politiques récents sur l’écologie, en passant par les questions de migration et d’exil ou encore les luttes de femmes.

Comme toute bibliothèque, le Taslu ne manque pas d’une bonne sélection de romans, de poésie, de polars, des livres de théâtre, cinéma ou arts plastiques, des BD et des revues actuelles.

Dans un endroit comme la zad, où la pensé s’accompagne toujours du geste, il nous paraissait indispensable d’avoir de nombreux livres pratiques, traitant du soin et du corps aussi bien que de la construction en bois, des cultures et du jardinage, de la cuisine,… Certaines groupes d’activités sur la zad ont même leur étagère attribuée, comme un espace de partage pour leurs membres, comme le groupe qui travaille autour du bois « Abracadabois ».

Ces thématiques se sont dessinées et se dessineront selon les passions de celles et ceux qui s’impliquent dans le fonctionnement du Taslu. Plus nous sommes nombreuses et nombreux à y prendre part, plus cette bibliothèque grandit, ressemble à la zad et aux questions qui la traversent.

Ce fonds peut être alimenté de deux manières : soit en donnant, soit en prêtant des livres (ils sont alors marqués et restitués à leur propriétaire quand celui-ci les réclamera). Il est possible de déposer des ouvrages lors des permanences, de les envoyer par la poste (Le Taslu c/o La Rolandière, 44130 Notre-Dame-Des-Landes) ou de nous contacter par mail si vous préférez que nous venions les chercher. Comme toute bibliothèque tire son sens du choix des ouvrages qui y sont présentés et que nous sommes fort limités en place, nous ne retenons pas tous les livres et nous vous invitons donc à sélectionner ceux qui, pour vous, apporteront quelque chose à cet espace.

Tous les livres présents au Taslu sont aujourd’hui catalogués dans le logiciel PMB, dont la base de données est accessible ici (lien).

Permanences & fonctionnement

Durant les permanences qui se tiennent tous les mercredis, vendredis et dimanches de 15h à 19h, les ouvrages sont accessibles à toutes et tous. Aujourd’hui nous sommes une dizaine, habitants de la zad, mais aussi habitants de Nantes, membres de comités de soutien, ou bibliothécaires retraités passionnés, à se relayer pour tenir ces permanences. Nous sommes prêts à former de nouvelles personnes, à condition qu’elles s’engagent sur des durées longues (plus de 6 mois).

En ce qui concerne les emprunts, nous avons exclu toute idée de frais d’inscription ou de fichage des lecteurs. Nous demandons uniquement un nom, un lieu et un contact, donc notre fonctionnement reposent beaucoup sur la confiance, sur le fait que chacun joue le jeu. Pour juguler les risques de non retour, ils sont cependant circonscrits aux personnes habitant à la zad ou dans les alentours.

Nous tenons à ce que cette bibliothèque, par la qualité et l’abondance de ses ouvrages, puisse être une des nombreuses portes d’entrée sur la zone. On y croise d’ailleurs lors des permanences aussi bien des habitants de la zad, des fidèles des villages alentours ou des personnes tout fraîchement arrivées sur la zad. C’est un de nos objectifs : le Taslu se veut une pièce accueillante, propice à l’étude, où le curieux pourra musarder d’une quatrième de couverture à l’autre ou encore demeurer accroché au fil d’un récit palpitant durant toute une après-midi pluvieuse.

Événements

La vie de la bibliothèque s’organise également autour d’événements, de groupes de lecture et de soirées, de rencontres avec des auteurs, des maisons d’édition, des collectifs en lutte, etc. dont les travaux nous semblent pertinents à discuter et débattre.

Dans ce cadre, nous avons reçu de nombreuses personnes, venant d’horizons différents et touchant le monde du livre au sens large. Comme Alain Damasio qui nous a fait plonger dans son univers de science fiction, une troupe de théâtre réunionnaise qui nous a amenés jusqu’en Haïti à travers la poésie, l’anthropologue Barbara Glowczewski qui nous a parlé du monde et des luttes aborigènes, Benedikte Zitouni et Isabelle Cambourakis qui nous ont fait découvrir la lutte emblématique des Greenham Commons en Angleterre à travers l’ouvrage Des femmes contre des missiles, Jérôme Baschet et Rocio Martinez qui ont exposé des oeuvres zapatistes, Sandra Alvares qui nous a fait suivre le lignes d’erre de Fernand Deligny, Eric Vuillard qui nous a évoqué son rapport à l’histoire et ses mille références, le scénariste des Vieux Fournaux Wilfrid Lupano qui nous a fait découvrir son travail et la façon dont s’élabore une BD, et bien, bien d’autres.